Évènement

vendredi 27 Sep - Bordeaux Métropole

Grands concerts des campuls / Jour 2

Infos pratiques
Lieu : 4 rue Lucie Aubrac 33600 PESSAC
Horaires : 19h00
Prix : GRATUIT
GRANDS CONCERTS DES CAMPULS JOUR 2

LES GRANDS CONCERTS DES CAMPULS’
EN PLEIN AIR / GRATUIT
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

C’est parti pour la 12ème édition du festival de rentrée des campus : les Campulsations !

On démarre par 2 grands concerts gratuits et en plein air sur le domaine universitaire de Pessac ! Deux grosses soirées pour lancer 10 jours de festivités dans toute la région

 

— PROGRAMMATION —

Vendredi 27 septembre

-Village du festival –

19h-22h

Stands associatifs et partenaires chaque soir :

Venez à la rencontre des associations invitées par Animafac Bordeaux et des partenaires du festival !

TRAP CORNER

Dj set, scène rappeurz et showcases by No Underwear et Medusyne

 

+ Camion Scratch  avec interludes musicales !

 

Les artistes

Odezenne

Odezenne est un groupe de musique français. Bien qu’en apparence dominé par le rap, leur univers musical se caractérise par un éclectisme notable, à grand renfort de «samples», empruntant à l’electro et au rock alternatif, mais également au jazz et à la chanson française. En quatre disques, Alix, Jacques et Mattia, des amis d’enfance, ont dessiné les contours de la singularité musicale du groupe. Parallèlement, ils ont créé leur propre maison de disques; «Universeul». Un show puissant et intimiste à la fois, à découvrir au festival cet été ! C’est tout frais pour 2019, Odezenne revient avec « Au Baccara ». Une nouvelle pièce d’un puzzle chanson-rap qui s’assemble, disque culte après disque culte, et ce depuis dix ans !

Le JOSEM x Dätcha Mandala

La rencontre au sommet du rock de Dätcha Mandala avec l’univers symphonique de l’orchestre du JOSEM.

Trio d’heavy blues chamanique, Dätcha Mandala a séduit les foules à grands coups de guitares surpuissantes, de voix transcenantes et d’énergie hautement communicative. Loin des références qui assomment, ces musiciens font du blues rock comme ils respirent, sans y penser. Une spontanéité et un spectre suffisamment large pour envisager de partager la scène en 2018 avec le Jeune Orchestre Symphonique de l’Entre-deux-Mers (JOSEM). De cette rencontre sont nées des compositions volcaniques, version rock symphonique, qui ont électrisé les chanceux spectateurs. La performance était trop belle pour ne pas la renouveler. Devant le succès, les deux formations se retrouvent à nouveau sur scène autour d’une création-fusion inédite, qui sonne comme une évidence.

 

DAMPA [LAURÉAT DU PRIX SOCIETE RICARD LIVE MUSIC]

Ce duo rochelais forme à la ville un couple depuis l’adolescence, lorsque Victor conquérait Angéline, installée à Nantes, en lui envoyant des instrumentaux produit depuis sa chambre bordelaise. C’était encore l’époque de myspace et ces enfants des années 90 s’épanouissaient sur des productions electronica downtempo. Car ces deux-là savent ce qu’ils veulent depuis le début : de la musique, partout, tout le temps. Ils donnent encore plus corps à cet ADN en s’orientant vers la musique à l’image, reconversion loin d’être anodine tant elle va structurer leur rapport programmatique à la musique.

La première maquette parvient aux oreilles d’Yves Saint Laurent. La maison de haute couture cherche des sonorités qui puissent habiller une pub dans l’ère des temps de Boys Noize ou Gesaffelstein. Ce sera Dampa : un trip-hop dopé à l’electro-trap, des atours noirs et élégants sur lesquels Angéline muscle son chant en rap, trouvant l’exutoire parfait pour ses angoisses livrées à la première personne.

 

PAR.SEK [LAURÉAT NATIONAL 2019 DU TREMPLIN ÉTUDIANT MUSIQUES DE R.U.]

L’histoire de par.sek commence à la nuit des temps, à l’aube de l’humanité, avec les premiers australopithèques. Malheureusement, il faut attendre la maturité de ses membres pour que le projet se concrétise, faute de moyens antérieurs.
Ainsi, c’est en 2017 que Marion, Corentin et Simon se réunissent dans un objectif plus facile à dire qu’à faire : faire de la musique, toucher les âmes et secouer les corps. Entre Paris et Clermont-Ferrand, ce projet se développe alors, et la route, semée d’embûches, de nids de poules et de dos d’âne, se déroule devant eux vers une destination complètement inconnue.
Hauts-les-coeurs et bas les masques.